DEFI 2017 - organisation

Le Défi 2017 s’installera en Pays Bigouden Sud du 21 au 28 mai

Toute la semaine, les ports de Loctudy à Saint-Guénolé, en passant par Lesconil et le Guilvinec seront mobilisés pour accueillir les nombreux visiteurs attendus.
La commune de Plobannalec-Lesconil sera le point fixe de cette semaine de régates et accueillera le village de l’évènement. Communes portuaires, Communauté de communes, Département du Finistère et Région Bretagne en profiteront pour mettre en valeur leurs principaux atouts.

Voici les points forts au programme du 30ème Défi des Ports de Pêche

Vincent Riou© Benoit Stichelbaut / PRB

Vincent Riou Parrain de la 30ème édition

Dans un mois, le Défi des Ports de Pêche 2017 va regrouper des marins-pêcheurs du littoral français, des professionnels de la filière, des élèves des  lycées maritimes et plusieurs plaisanciers pour une édition de cet évènement chaleureux, sportif et spontané en Pays Bigouden.

Vincent RIOU, navigateur bigouden, vainqueur du Vendée Globe 2004-2005 sur PRB, double vainqueur de la Transat Jacques Vabre, de la Fasnet Race, … la liste est très, très, longue… sera le parrain du 30ème Défi des Ports de Pêche.

flotte Gd Surprise au port @JO

Les premiers inscrits 2017

A ce jour, 14 équipages ont signifié leur participation au Défi des Ports de Pêche en Pays Bigouden

Les inscriptions se poursuivent !
Marins-pêcheurs, professionnels des produits de la mer, étudiants des lycées maritimes,… N’hésitez pas à vous inscrire ou à confirmer votre participation.

Voici la liste des pré-inscrits :

Grandcamp-MaisyCarte géo. des participants Défi 2017

La Cotinière – Oléron

Le Grau du Roi – Port Camargue

L’Ile d’Yeu

Lorient

Palavas les Flots

Ports du Pays Bigouden

Pornic

Port en Bessin – Huppain

Royan

Saint-Vaast la Hougue – Val de Saire

Les Lycées Maritimes de :

Boulogne/Mer – Le Portel

Le Guilvinec

Paimpol

grau du roi vainqueur

Suspens jusqu’au bout de la dernière course du Défi 2016

2 ou 3 courses au programme ce samedi, jour de clôture de la compétition sur le Défi des Ports de Pêche 2016.

8h précise, tous les skippers sont là pour le briefing ; les équipages partent rapidement sur le plan d’eau de Royan prendre leurs marques et peaufiner les réglages car les conditions météorologiques diffèrent du reste de la semaine et que le Championnat est loin d’être joué !

En effet, le ciel grisonnant apporte un vent soutenu ; on relève entre 17 et 25 nœuds de secteur Sud à Sud-Est.

Alors que le président du comité de course prévoyait un parcours construit pour commencer, il décide de se positionner dans le large de Royan pour lancer un côtier de 11 milles nautiques (sur le fond) et éviter d’envoyer les concurrents trop à la côte alors que la mer descend et que le risque d’échouage est accru avec le grand coefficient de marée actuel (115).

Il faut un peu de temps pour mouiller la ligne par 20 mètres de fond… Est-ce que l’attente refroidit les concurrents ou préfèrent-ils assurer cette première course du jour ? En tout cas, ils se tiennent sages et le premier départ donné à 10h30 est le bon !

La flotte s’élance pour un bord de dégagement d’1 petit mille nautique vers la bouée R1 que les voiliers enroulent groupés. Le vent a un peu baissé et un long bord de spi attend maintenant les équipages pour la prochaine marque à passer devant Saint-Palais. Le Grau du Roi, leader au général avec 12 points d’avance, a pris un paquet d’algues ou quelque chose d’autre dans la quille, il a un déficit de vitesse certain… et se retrouve en queue de peloton. Le courant descendant épaule les voiliers surtout pour les plus à terre ; les gardois essayent d’en profiter mais c’est insuffisant. La Cotinière et  Pornic, ses concurrents directs au classement de la veille, sont eux au commandement.

Après cette bouée 11A, les voiliers font maintenant cap au sud, au près pour remonter l’estuaire de la Gironde et rejoindre la 3ème marque aux environs de la pointe du Chay. En plus du vent dans l’axe, ils ont le courant de face. Le bord va être long… et cette fois, il vaut mieux bien connaître son terrain. La Cotinière, Royan ou La Tremblade par exemple vont aller au s’abriter du ‘jusant’ en tirant  un bord près de Cordouan alors que d’autres concurrents espèrent trouver la solution avec l’étale et faire la plus courte route plus près de la côte. Or, ce moment où le courant s’annule avant de renverser se produit une heure plus tard de ce coté de la rive (St Palais – Royan), et ils « mangent leur pain blanc ». Les Cotinards ont pour le moment sérieusement creusé l’écart en tirant au large et à mi-chemin, ils piquent vers la bouée 12. Les Royannais prolongent cette option de l’autre côté, ils attendent encore pour virer…

Derniers articles